A l’abri d’un poème

C’est un lointain soir d’hiver.

J’ai pris mon bain et revêtu mon pyjama chaud.

Je me sens bien.

Ma mère m’a couchée puis elle a allumé la lampe de chevet. Elle est douce et sereine, pour une fois. Plus de ménage à faire, plus de corvée. Les sermons et les reproches ont cessé. La journée est accomplie.

C’est l’heure de réciter la poésie que je dois savoir par coeur pour le lendemain.

Silence et souffle

Je sais pourquoi il est ce profond silence,   certains soirs : c’est pour mieux entendre   ton souffle, aile […]

Depuis ton dernier mot

Depuis ton dernier mot dans le jardin, il y eut tant de gouttes de pluie au bord des yeux des […]

Pour oublier mes deuils

Pour oublier mes deuils je disparais   dans le vert frais des feuilles   je m’éteins en cette lumière   […]

La neige de Géorgie

Quelques jours avant l’orée du printemps, en Géorgie, les gens préparent une fête avec leurs morts.