Publié dans Journal de nuages, Journal de silence, L'alphabet de l'herbe, Poésie

Sans titre

Je pense
que tout ce que tu écris
a déjà été écrit
pour que tu l’écrives
– pas gravé

dans la noire
éternité
de la pierre
loin des regards
Ô non –

mais annoncé
dans la trace invisible
d’un chant d’oiseau
entre ces feuilles
si serrées

dans la phrase
de la vague
qui enjambe
les bords
de la page

dans le point
minuscule
de cette pervenche
qui perce
le silence

dans la virgule
de ce nuage
qui te fait traverser
en un instant
tout le ciel

et dans la première
lettrine
du soleil
signe
que tout

ce que tu écriras
demain
ou plus tard
dans le délié
le plus frêle

est déjà
accompli

Géraldine Andrée