Publié dans Le journal des confins, Poésie

En ce dimanche de Pâques

Je songe alors
que nous demeurons chez nous
à ce que la nature nous prépare
en secret

des fleurs sur des tapis d’herbe
des arbres gantés de vert
qui nous ouvrent
le chemin

un ciel qui étend
sa nappe bleue
rangée pendant
un trop long hiver

des éclats d’instant
dans l’eau de la fontaine
un air de cristal
qui tinte contre notre oreille

et surtout le miel du soleil
aux reflets roux
bien gardé au fond d’un rêve
quand nous demeurions chez nous

Géraldine Andrée

Auteur :

Ecrivaine, poétesse, biographe, veilleuse et éveilleuse de Vie !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s