Publié dans Poésie

Le temps du voyage

Prends le temps

du voyage

Contemple

le paysage

Longe

de ton regard

le rivage

du fleuve

Repère

ce sentier

qui s’échappe

entre

les feuillages

Ne sois pas

trop pressée

de descendre

Prête attention

au ciel

qui change

pendant que tu avances

Ta destination est certaine

depuis longtemps

prévisible

mais ta subtile

rencontre

avec le météore

d’une brindille d’or

qui crépite

à la vitre

est Providence

Ne t’aveugle pas

dans ton impatience

On ne gagne rien

à aller trop vite

Ne conquiers pas

ce qui t’est déjà promis

Mais savoure

le soleil

que te sert

le jour

entre

les points

de départ

et d’arrivée

C’est le dessin

du tracé

que quelqu’un d’autre

pourra suivre

qui importe

le désir

plutôt

que le dessein

la beauté

des courbes

fines

presque

en pointillés

plutôt

que le vrai

trait épais

Amuse-toi

à te perdre

à rêver

que tu disparais

en laissant

ça et là

quelques

indices

points

de suspension

d’une phrase

qui se devine

Prends le temps

du chemin

Prends le chemin

du temps

pour que tu puisses

plus tard

quand la nostalgie

te tiendra

compagnie

le faire

doucement

à rebours

jusqu’à l’instant

unique

où Tout

commence

Géraldine Andrée

Publié dans Poésie, Un cahier blanc pour mon deuil

Le vieux répertoire

Feuilleter le vieux répertoire

oublié pendant vingt ans.

Au fil des pages,

m’apercevoir

que les noms

qui désignent

des décédés

sont eux-mêmes écrits

par une main décédée.

Me poser alors

cette question :

Si j’appelais

tous ces numéros

dont l’encre

jaunit,

à quel seuil,

quel jardin,

quelle chambre

me mèneraient-ils ?

Pendant un instant,

j’aime croire

que ce sont des numéros

de l’au-delà

et que dans l’écouteur,

j’entendrais battre

le coeur

de la nuit

gonflé

par le lait des étoiles

et qu’une voix venue

de la Centrale

de l’Univers

me dirait :

Votre correspondant

est en ligne !

Nous lui transmettons

votre appel

à tire-d’aile.

Mais je ne fais rien.

Je laisse mon téléphone

en sommeil.

Je ne jetterai pas,

ce soir,

le vieux répertoire

qui s’en retourne

à l’ombre

de son tiroir.

Ensevelir les noms

pas très loin,

juste à portée de ma main

pour les faire revenir

à la lumière

après Demain…

Géraldine Andrée

Publié dans Poésie, Un cahier blanc pour mon deuil

Un rien

Un rien
annonce
l’automne :

trois points
roux
sur les prunes,

l’herbe
qui s’incline
et parsème

la ligne
du chemin
de virgules

tremblantes
sous un soupir
qui se brise…

Un rien
annonce
le silence :

des points
de suspension
alors

que la phrase
s’élance
encore,

un espace
minuscule
comme

signe
que la page
se termine…

Et voilà
que malgré
l’attente

d’une suite,
tout
est écrit !

Mais
il suffit
d’un battement

de cil
pour reconnaître
la palpitation

des feuilles
d’une nouvelle
saison…

Un rien
suffit
pour désigner

le point
du jour
à l’horizon…

Un clignement
de l’oeil
qui encourage

ce souffle
en chemin
vers son message…

Géraldine Andrée

Publié dans Art-thérapie, C'est la Vie !, C'est ma vie !, Créavie, Dialogue avec ma page, Grapho-thérapie, Journal créatif, Le cahier de mon âme, Poésie

Gratitude à la page

Avant de raconter sa vie en long et en large,
honorer l’accueil du cahier
où l’âme peut s’étendre,
prendre toute la place,
se réchauffer grâce
à la flamme blanche
du papier
sur laquelle les mains s’ouvrent
et que la lampe
met bien en évidence.

Je te remercie, page de ce jour,
de m’accepter inconditionnellement.

Géraldine Andrée