Publié dans Journal de la lumière, Poésie, Poésie-thérapie

Couvre-feu

Le feu palpite
en chaque mot
de poésie

que certains tentent
de cacher
dans la nuit

Mais le feu couve
le feu persiste
frêle lueur d’or

qui nous fait signe
pour que chacun existe
jusqu’à l’aurore

Géraldine Andrée

Auteur :

Ecrivaine, poétesse, biographe, veilleuse et éveilleuse de Vie !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s