Publié dans Le journal des confins, Poésie, Poésie-thérapie

Une phrase de Sôseki

Que sont donc
devenues
nos ombres
sur le sentier ?

Je me le demande !
Alors, je recopie
à l’encre
bleu foncé

une phrase
de Sôseki
pour les retrouver :
« La suite reste enfouie au fond de mon cœur. »

Géraldine Andrée

Auteur :

Ecrivaine, poétesse, biographe, veilleuse et éveilleuse de Vie !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s