Publié dans Bullet journal, C'est ma vie !, Cahier du matin, Créavie

Ce qui m’apporte du confort émotionnel

ouvrir un livre sur une phrase au hasard, m’apercevoir qu’elle s’adresse intimement à mon âme et la recopier dans mon carnet

visionner des vidéos de développement personnel et spirituel

écrire dans mon cahier au début du jour : qu’est-ce que je ressens ? qu’est-ce que je peux améliorer ? quels sont mes rêves ?

faire mon bullet journal en variant les graphies

écouter de la musique et danser

prévoir un rendez-vous avec moi pour une promenade au soleil, une séance de cinéma, une méditation

prendre des notes pour le projet de mon livre

écrire mes envies de voyage sur une page neuve

faire brûler un bâton d’encens dans la lumière

débrancher le téléphone et répondre seulement aux appels de mon coeur

Géraldine Andrée

Publié dans Art-thérapie, C'est la Vie !, Créavie, Journal créatif, Journal de mon jardin, Le cahier de mon âme, Méditations pour un rêve

Créavie : En écrivant…

Ouvrir la fenêtre : que la lumière du jour se pose sur les feuilles de sa saison de vie.

Fermer la porte : que les enfants se disputent pour une broutille ; que le conjoint s’ennuie ; qu’importe. Laisser chacun aujourd’hui découvrir son chemin, même s’il est désagréable.

Ne pas répondre au téléphone : la sonnerie a beau s’entêter ; dans un proche instant, elle se confondra avec la note du silence.

Suivre la volute de fumée qui danse au-dessus du thé.

Passer la main sur la douce encolure du chat…

Mais, quelle est cette lueur rose, soudain ?

C’est un pétale échappé du jardin d’enfance qui ouvre sa porte…

Tenter alors de l’attraper dans le ciel de printemps de la page

en écrivant,

en écrivant…

Géraldine Andrée

Publié dans C'est la Vie !, C'est ma vie !, Le cahier de mon âme, Méditations pour un rêve

En ce dimanche soir,

il me semble

que je ne suis faite

que pour écrire

mon journal,

relater

la simple vie.

Mais aujourd’hui,

je veux me passer des mots ;

me dépouiller

jusqu’au mutisme

que seule traverse

la musique,

celle

d’un nocturne

au piano ;

abolir la parole

pour accueillir

les notes ;

n’être plus

que silence

qui écoute.

Géraldine Andrée