Chaque matin, je commence par ces deux mots :

« Chère page »,

comme je pourrais dire

« Cher ange »

car je sais qu’il est un ange

caché dans le ciel blanc

de toute page

qui écoute en silence

mes demandes les plus grandes

et qui, les jours suivants,

ou je ne sais quand

– peu importe-,

y répond

par une fleur, un oiseau, un murmure de source, une idée, un poème,

un élan qui me porte

et parfois même

une autre question…

Géraldine Andrée

Prologue au cahier du matin

 

Ecrivaine, poétesse, biographe, veilleuse et éveilleuse de Vie !

Laisser un commentaire