Je suis riche. J’ai une page.

Une page dont la blancheur m’est réservée pour que j’y note mes rêves, mes désirs, mes espoirs, ma foi.

Une page dont l’océan m’attend pour y voguer et voler à la fois.

Une page dont le silence accueille l’écho de ma voix comme la profonde demeure de mon enfance.

Une page dont les mots m’apparaissent telles les primevères sous la neige.

Une page dont l’espace m’apprend à grandir, à prendre ma place, à me mettre à la hauteur de mon âme qui danse sur sa tige invisible.

Une page dont la présence inconditionnelle dans le matin me conseille, me réconforte, m’apaise.

Une page aussi fidèle qu’un miroir qui me permet d’aller à ma propre rencontre.

Une page à laquelle ma naissance m’a destinée – parmi tant d’autres pages.

Une page pour me guider sur ma propre trace.

Une page qui, tranquillement posée au centre de ma table, a la patience de l’éternité.

Une page qui survivra à ma mort ; qui demeurera après mon départ.

Une page qui me prouve que ma vie, bien qu’elle soit éphémère, n’est pas illusoire.

Une page qui me montre que je suis cette étincelle supplémentaire renforçant le dessein de la haute lumière.

Une page qui est le témoin absolu de mon passage.

Une page que je destine à chaque jour.

Une page qui se fait carte céleste quand chaque lueur de l’encre brille.

Une page sur laquelle j’écris cette phrase unique comme un chemin à emprunter, une chance à saisir :

J’écrirai demain ce que je vis aujourd’hui.

J’ai une page. Je suis riche.

 

Géraldine Andrée

Ecrivaine, poétesse, biographe, veilleuse et éveilleuse de Vie !

Laisser un commentaire