A l’abri d’un poème

C’est un lointain soir d’hiver.

J’ai pris mon bain et revêtu mon pyjama chaud.

Je me sens bien.

Ma mère m’a couchée puis elle a allumé la lampe de chevet. Elle est douce et sereine, pour une fois. Plus de ménage à faire, plus de corvée. Les sermons et les reproches ont cessé. La journée est accomplie.

C’est l’heure de réciter la poésie que je dois savoir par coeur pour le lendemain.

La maison à l’heure de mon songe

  La maison à l’heure de mon songe demeure comme elle fut   Voici à mes pieds le tapis persan […]

Tu me dis Ecris

Tu me dis en ce jour d’aujourd’hui   Ecris sur les gouttes de l’arrosoir étoilant l’escalier de pierre grise, l’enfant […]

Mon passé

Je suis allée voir le film Dunkerque. J’ai assisté à la fureur, à l’Apocalypse, au sacrifice de tant d’hommes alors […]

Après la mort du chat

Après la mort du chat, la Vie s’est poursuivie. Le lendemain, le soleil jouait à semer ses billes d’or dans […]

Les printemps de Montmorency

Tu as vécu quatre printemps sous l’Occupation, à Montmorency. Quatre printemps qui te faisaient prendre conscience du temps que durait […]

La faute

Ma grand-mère me dit en rêve que ce n’est pas de ma faute si mon père – son fils – […]