Publié dans Journal de nuages, Journal de silence, L'alphabet de l'herbe, Poésie

Sans titre

Je pense
que tout ce que tu écris
a déjà été écrit
pour que tu l’écrives
– pas gravé

dans la noire
éternité
de la pierre
loin des regards
Ô non –

mais annoncé
dans la trace invisible
d’un chant d’oiseau
entre ces feuilles
si serrées

dans la phrase
de la vague
qui enjambe
les bords
de la page

dans le point
minuscule
de cette pervenche
qui perce
le silence

dans la virgule
de ce nuage
qui te fait traverser
en un instant
tout le ciel

et dans la première
lettrine
du soleil
signe
que tout

ce que tu écriras
demain
ou plus tard
dans le délié
le plus frêle

est déjà
accompli

Géraldine Andrée

Publié dans Journal de la lumière, Journal de nuages, Le cahier de la vie

Il reste peu d’encre

Il reste
peu d’encre
c’est sûr
mais suffisamment

je pense
pour laisser
une trace
du chant

d’or
du poêle
qui attend
depuis la saison

de la mémoire
de s’allumer
sur la page
blanche

comme
les aubes
hivernales
de l’enfance

Géraldine Andrée

Publié dans Journal d'une maison de retraite, Journal de nuages, Un cahier blanc pour mon deuil

Ma mère et moi

Ma mère et moi déplaçons nos chaises selon le mouvement des nuages devant le soleil.

Soudain, ma mère me demande :

-Qui est cette Autre assise à côté de toi ?

Je lui réponds de ma voix qui se veut la plus calme :

-Mais Maman ! Il n’y a que nous deux !

A moins que… ma mère ne voie une véritable amie d’âme, invisible pour moi qui me sens seule parfois…

Ma mère me donne des nouvelles de ses parents qui ont, paraît-il, loué un studio dans la grande avenue et font leurs courses tous les jours dans la petite épicerie qui n’est qu’à quelques pas d’ici.

Oui, ils sont bien revenus de l’au-delà, plus jeunes qu’autrefois.

Si tu le veux bien , on organisera un déjeuner dimanche prochain, puisque ce sera Pâques.

Tu pourras te libérer, j’espère… Il faut que je prévoie le menu. Et si je faisais un soufflé aux pommes de terre ? Après, on partira pour une promenade…

On est le quatre août mais peu importe. Claire et Pierre s’annoncent à notre porte dès la première note de cloche.

Ma mère s’inquiète de savoir si l’arbre sur la place du village de son enfance a dépassé les tuiles de sa maison.

Puis, elle se plaint que ses ongles sont trop longs.

Alors, je les lui coupe.

On est tranquille. Ils peuvent repousser au rythme monotone des jours

pendant que la mémoire gambade dans un autre temps

où les morts sont bien vivants.

Géraldine Andrée

Publié dans Art-thérapie, Cahier du matin, Créavie, Journal créatif, Journal de nuages

Créavie : Carnet de nuages

Mon projet pour l’année nouvelle : le carnet de nuages ; garder trace de ce qui se dessine dans le ciel.

M’acheter un carnet pour faire une liste des nuages que je vois chaque jour;

noter leurs déliés sur la page du ciel ;

que s’efface enfin la frontière

entre l’écriture et le dessin ;

et que ma plume épouse à chaque phrase

la grâce légère d’un nuage.

Géraldine Andrée