Publié dans Actualité

La rencontre

L’air est léger.
Le jour laisse traîner une mèche
de lumière rousse
sur le trottoir.

C’est un temps
à se raconter des histoires,
un beau temps
pour s’acheter un livre.

Justement ! Voici la petite librairie
À la fenêtre des mots
qui fait l’angle
de la rue Perrault !

Aussitôt la porte ouverte,
tinte la clochette
qui fête
ta présence.

Tu entres.
Le libraire t’envoie
un sourire
de son comptoir.

L’ombre est bleue
depuis que tu as quitté le soleil
et tu clignes un peu
des yeux.

Mais l’éblouissement
ne dure pas longtemps.
Que de livres
t’accueillent !

Un conseil,
peut-être ?
Tu préfères
regarder,

laisser
la rencontre
se produire,
l’œuvre

précéder
ton désir.
Choisiras-tu ce papier
qui crépite ?

Ce titre
aussi long
qu’une promenade ?
Cette quatrième

de couverture
qui te destine
à tant d’aventures ?
Ou un recueil de poèmes ?

Puis, voici le titre
qui te donne
des envies
de rire et d’orangeade,

Le trottoir au soleil
de Philippe Delerm.
En un clin d’oeil,
tu l’achètes comptant.

Le libraire
te l’affirme :
-Cela va vraiment
vous plaire !

Tu retrouves
sur tes pas
la mèche
rousse du jour

en un ultime
tintement
de clochette.
Dans ton regard,

se reflète
encore
le sourire
du libraire.

Toute la rue bruit.
La pétarade
d’une moto
éclate.

Mais tu feuillettes
déjà
chaque page,
tu t’échappes

dans le silence
du texte,
et tu disparais
pour toi-même

en portant
sur ton cœur
la légère pesanteur
du bonheur.

Géraldine Andrée

Publié dans Créavie, Dialogue avec ma page, Poésie-thérapie

La page blanche

J’aime
la page blanche
car je me demande
ce qu’elle s’apprête

à me révéler
si j’avance
en toute
confiance

et si je disperse
par ma trace
sa vierge
présence :

quelle pervenche,
quelle souche
quelle racine
peuvent apparaître ?

Peut-être
qu’elle cache
quelques
graines

pour les futures
semences…
Alors,
je prends note

des possibles
de la page
blanche
et j’en fais un poème

pour le jour
où je sentirai
que l’inspiration
est absente.

Géraldine Andrée

Publié dans Créavie, Journal de ma résilience, Récit de Vie, Toute petite je

Le souffle de l’instant

C’était une ardente après-midi de printemps.
J’avais attendu, dans le plein soleil tout étoilé de pollens, que ma mère vînt me reconduire chez nous à la sortie de l’école.
Dans la voiture, je cherchais mon souffle.
En rentrant à la maison, je respirais de plus en plus difficilement, de plus en plus désespérément.
Je m’assis, exténuée, dans la cuisine baignée de lumière.
Lorsque j’inspirais, mon souffle cheminait très lentement dans mes bronches comme si des obstacles s’étaient dressés à son passage, puis s’en retournait par ma bouche avec des râles rauques.
L’air gonflait mon estomac comme un ballon de baudruche.
Pour franchir le cap de chaque instant, je fixais les fleurs de la nappe.
Il y en avait des mauves, des roses, des blanches.
Je ne faisais que cela: regarder les fleurs une par une, comme si je les cueillais patiemment dans un grand champ.
Et je me disais, sans ces mots que j’écris dans mon journal d’aujourd’hui, mais avec le silence de ma pensée presque inconsciente:

« Tu as vécu un instant de plus, puisque tu as vu une fleur de plus.  »

Le docteur consultait à six heures. Ma mère m’y emmena d’urgence. En m’auscultant, le docteur décréta que je faisais une crise d’asthme et qu’il me fallait une injection de cortisone. De toutes mes forces d’enfant, je refusai l’injection de cortisone; ma détermination eut raison de mon étouffement. Pour la première fois, je CHOISISSAIS. Je posais un acte libre du haut de mes onze ans.

Lorsque nous rentrâmes à la maison, l’asthme avait cessé ; je respirais mieux.
Dès que je vis un moment difficile, je songe à chaque instant de mon souffle, au souffle de chaque instant.
Cela me rend plus libre dans le déterminisme apparent d’une situation :
je sais que je suis la seule souveraine de l’adéquation qui existe entre l’éclosion de mon souffle et l’instant présent.

Géraldine Andrée

Publié dans Un cahier blanc pour mon deuil

Les assiettes de l’enfance

Ne plus jamais manger dans les assiettes de l’enfance
celles où brillaient jadis les reflets d’ambre
de la soupe éclairée par la lampe
et que salaient souvent mes larmes
pour une mauvaise note ou une vénielle désobéissance

Ne pas recouvrir avec le fruit d’aujourd’hui
la fleur qui s’émaille
Enfouir les assiettes de l’enfance
dans l’ombre de l’armoire
comme au cœur de la tombe d’un pharaon

après les avoir ensevelies
dans du double papier journal
Et oublier que l’on a une mémoire
Oublier que l’on a souvenance
de l’enfance qui repose dans la nuit

Garder pour soi cet oubli

Géraldine Andrée

Publié dans Créavie, Grapho-thérapie, Journal créatif, Le cahier de la vie, Récit de Vie

J’écris chaque jour pour changer

J’écris chaque jour pour changer.
J’écris chaque jour pour prendre conscience que je ne peux pas indéfiniment noter les mêmes constats, émotions ou pensées sans avoir le courage d’assumer un beau jour une décision.
Bien sûr, j’aime voir, au fil de l’encre, mon cahier se transformer, devenir une constellation de mots.
Mais j’écris surtout pour me voir me métamorphoser dans le miroir de ma page, faire en sorte que ma réalité devienne rêve réalisé.

Géraldine Andrée